Révision du Plan Local d’Urbanisme

Les documents ci-dessous s’ouvriront dans un autre onglet.

Pour vos commentaires éventuels, un formulaire est à votre disposition au bas de cette page.

Règlement et annexes :

Règlement Marolles sur Seine 2018 V3 Noir&Blanc

annexes règlement

Avis des personnes publiques associées :

APRR

ARS

CCI SeineEtMarne

CDPENAF

Département77

INAO

MRAE

Préfet

SetMEnvironnement

Autres pièces :

Arrêté

bordereau

Garde annexes

Liste Emplacements Réservés

Notice explicative

Orientations AP juin 2018

Page de garde

PIECE 2.1 – PADD juin 2018

PIECE 5.C.3 NOTICE

PIECE 5.C.11 NOTICE

PIECE 5.C.21 NOTICE

Plan AEP EP-Model

Plan ASS EP-Model

RP Marolles-sur-Seine mai 2018 V2

RP Marolles-sur-Seine vol 2 – juin 2018

Servitudes d’Utilite Publique

SUP Marolles

zonage assainissement MAROLLES-SUR-SEINE

Zonage Commune 14 juin 18

Zonage Village 14 juin 18

2 Comments

  • Commentaires de Daniel DROSZEWSKI
    60 route de Bray à Marolles

    Mes remarquesd portent sur la création d’une zone « 1 AU » afin de libérer des parcelles constructibles sur la propriété de 20 familles de la route de Bray qui se répartissent entre le n°34 et le n°72 dans le cadre du Plan Local d’Urbanisme de Marolles.
    A priori la seule observation aérienne des parcelles de cette zone a prévalu pour élaborer ce projet de nouveaux terrains constructibles : les propriétaires n’ont pas été consultés, la configuration des terrains n’a pas été appréciée sur place.
    Ces propriétés ont été acquises au fil des années mais parfois très récemment pour constituer chacune une résidence principale avec vue dégagée sur la nature, les arbres, la végétation de chaque parcelle: elles ont été construites en fonction de cette caractéristique. En effet, leurs ouvertures (fenêtres, portes-fenêtres et portes) sont pour l’essentiel orientées sud, côté route et nord, côté Seine, d’autant que les parcelles toute en longueur n’offrent pas ou peu de « repli » visuel latéral.
    Les nouvelles parcelles de la zone réservée bénéficieraient, elles, de la ceinture verte devant la Seine canalisée, alors que les actuels propriétaires auraient une vue directe – et plongeante, compte tenu de la déclivité des terrains – sur les nouvelles constructions.
    Si dans le centre du village il a été observé une tendance à réduire les parcelles de terrains en divisant celles-ci, notamment lors de cessions, elles procédaient de l’intérêt pour le propriétaire d’en tirer un profit lors de la vente. Cette vision, lors de l’implantation des constructions route de Bray rive nord n’a jamais prévalu et d’aucun ne s’est fixé à priori cet objectif en ce lieu : compte tenu de la forme de la démarche de la municipalité, la perte des surfaces par chacun ne se ferait pas au prix du marché car un aménageur devrait créer à terme 2 voies d’accès (sur la parcelle du n° 34 et au long de celle du n° 72) puis viabiliser les surfaces « réquisitionnées »(même si ce mot est un peu fort).
    Les actuels propriétaires ne souhaitent pas voir ce « capital nature » disparaître et leurs terrains amputés par ce projet de zone réservée. Quel intérêt supérieur, quel intérêt général, peut conduire à envisager de spolier 20 propriétaires de 21 parcelles construites au prétexte que leur serait refusé à l’avenir toute demande de division de parcelle s’ils refusaient ce classement en zone réservée 1 AU.
    Ce projet est froid et insensible aux sentiments des actuels habitants de cette rive de la route de Bray : ils ressentent cette initiative comme une agression, car sans concertation ni information personnalisée (pour 20 famille !)
    J’espére que le bon sens présidera au retrait du projet de création de la Zone réservée 1 AU.

    Daniel DROSZEWSKI

  • J’ai pris connaissance de la modification du plu et je constate que la création d’une zone « 1 AU » afin de libérer des parcelles constructibles sur la propriété de 20 familles de la route de Bray qui se répartissent entre le n°34 et le n°72 dans le cadre du Plan Local d’Urbanisme de Marolles, n’a pas fait l’objet d’une consultation préalable des habitants concernés
    Nous avons acheté notre maison en 2015 en toute connaissance de cause, grandeur du terrain dont une partie est en zone inondable dans une zone boisée et sans vis a vis à l’arrière, loin des commerces du centre ville. C’est un choix qui nous garanti un cadre de vie écologique. Nos voisins partagent aussi ce sentiment. Cet endroit est constitué d’un milieu naturel et de nombreux éléments boisés. La faune y trouve refuge ainsi que de nombreux oiseaux, sans compter les passages migratoires qui souvent s’y arrêtent.
    Hormis cela, étant habitant d’une “zone à risque”, j’ai le souvenir d’avoir reçu dans ma boite a lettre un document s’intitulant “ LE MOT DE LA PRÉFÈTE”. Ce document ORSEC PPI (Plan Particulier d’Intervention) BARRAGE RESERVOIR SEINE traite sur les risques de rupture du barrage du lac – réservoir seine et y montre clairement les zone sinistrées et défini les circuits d’évacuation prioritaires. Il suffit de le consulter pour comprendre que ce projet va à l’encontre du plan ORSEC, du bien-être des habitants (non concertés) de ce secteur, et ne semble pas être basé sur le bon sens sauf à nous expliquer quel intérêt supérieur ou quel intérêt général peut conduire à envisager de spolier 20 propriétaires de 21 parcelles.

Laisser un commentaire